Actions en matière d'énergie

Comptabilité énergétique au sein de l’administration communale


Un système de comptabilité énergétique a été mis en place afin, d’une part, de visualiser l’évolution des consommations en gaz, électricité et eau et, d’autre part, de budgétiser au mieux le coût des consommations.
Chaque point de consommation en électricité, en gaz et en eau fait l’objet d’un suivi de la consommation annuelle sur base des relevés d’index effectués. Ces données permettent d’établir pour chaque bâtiment, la consommation moyenne annuelle en électricité, gaz et eau. Le calcul du coût annuel des consommations en électricité, gaz et eau est ensuite réalisé pour chaque bâtiment sur base des postes entrant dans la facturation, du nombre de jours et de la consommation moyenne annuelle.

Le suivi du coût des consommations est effectué au fur et à mesure des relevés d’index afin d’assurer que les montants alloués restent dans la tendance et de mettre en évidence des éventuelles surconsommations.

La mise en place de ce tableau de suivi permet de suivre les consommations énergétiques des bâtiments et constitue un outil utile pour la mise en place d’actions de réduction des consommations ou de nouveaux aménagements en faveur de la performance énergétique des bâtiments.

Audit énergétique de bâtiments publics 

Les audits énergétiques des 6 sites des écoles communales, de la salle communale de Quenast et des bureaux du Centre Culturel ont été effectués par le bureau d’études Econergy.

Un Audit énergétique est un outil d’aide à la décision qui effectue une analyse détaillée de l’enveloppe/chauffage/ventilation d’un bâtiment et présente une situation initiale, une situation rénovée (améliorations) ainsi qu’une première estimation des coûts et des économies engendrées par les améliorations proposées (rentabilité).

Au total, 14 rapports (un rapport par unité de chauffe) ont été élaborés. Ils présentent tous la même structure et analysent les points suivants :


1. Enveloppe

  • Faux plafonds
  • Murs extérieurs
  • Dalle sur cave
  • Châssis
     

2. Chauffage

  • Chaudière
  • Conduites

3. Eau chaude sanitaire
4. Ventilation
5. Régulation

Pour télécharger l’intégralité des rapports d’audit énergétique, cliquez ci-dessous :

- Ecole Al Tache-classes

- Ecole Al Tache réfectoire et sanitaires

- Ecole Bierghes

- Ecole Germinal classes

- Ecole Germinal réfectoire et direction

- Ecole Rue de Saintes

- Ecole Montgras classe de langue

- Ecole Montgras classes

- Ecole Montgras direction

- Ecole Montgras sanitaires

 - Ecole Tourterelles classes en dur

- Ecoles Tourterelles classes en préfabriqué

- Salle Communale bureaux

- Salle Communale (salle)

 

PEB des bâtiments publics

La certification énergétique des bâtiments est inscrite dans le décret-cadre du 19 avril 2007 qui prévoit, entre autre :

  • que chaque propriétaire dispose, lors des moments-clés de la vie d’un bâtiment (construction, changement d’occupant par l’effet d’une vente ou de la location,…) d’un certificat énergétique ;
  • l’affichage d’un certificat PEB dans les bâtiments publics.

Certification PEB des bâtiments résidentiels existants (déjà en application)

Depuis le 1er juin 2011, tous les propriétaires de logements existants doivent disposer d’un certificat PEB valide lors du changement d’occupant. L’administration communale doit se conformer, comme tout propriétaire, à l’obligation de disposer du certificat lorsqu’il est requis.

Le certificat PEB constitue une carte énergétique du bâtiment. Il décrit la situation réelle du bâtiment en indiquant le résultat du calcul de la performance énergétique pour une utilisation standardisée, exprimé par un ou plusieurs indicateurs numériques ou alphabétiques.

La durée du certificat PEB est de 10 ans.

Le certificat PEB doit être établi par un certificateur PEB agréé pour cette mission en Région wallonne.

En 2012, la commune a lancé un marché public pour désigner un certificateur PEB agréé pour la certification de tous les logements dont elle est propriétaire. Les premiers certificats ont été réalisés et l’ensemble des logements communaux seront certifiés d’ici la fin de l’année 2014.

Certification PEB des bâtiments non résidentiels existants (pas encore en application)

Prochainement, un certificat PEB sera également nécessaire pour la vente ou la location de bâtiments non résidentiels existants.

Tout comme le certificat des bâtiments résidentiels, ce certificat sera basé sur les caractéristiques de l’enveloppe et des systèmes du bâtiment, et devra être réalisé par un certificateur agréé à cet effet.

La durée de validité du certificat sera de 10 ans.

Affichage d’un certificat PEB dans certains bâtiments (pas encore en application)

D’ici 2014, les pouvoirs publics seront tenus de procéder à l’affichage d’un certificat PEB de manière visible et lisible dans les bâtiments qui remplissent les conditions suivantes :

  • Superficie utile total > 1000 m² (le seuil des bâtiments visés va être abaissé à 500m² dans un premier temps et à 250m² à partir du 15 juillet 2015)
  • bâtiment de service public ou d’équipement communautaire ainsi que tout bâtiment occupé par les pouvoirs publics,
  • ouvert au public

Ce certificat sera basé sur la consommation réelle du bâtiment (utilisation de la comptabilité énergétique et données relatives aux surfaces du bâtiment). Les données de consommation répertoriées sur le certificat devront être mises à jour annuellement et la durée de validité du certificat sera limitée à 5 ans.

Il sera réalisé par un certificateur PEB interne ou externe de bâtiment public agréé.

Extinction de l’éclairage public

La zone de Rebecq-Rognon a été choisie pour mener une opération pilote en matière d’économie d’énergie.

Depuis septembre 2011,l’éclairage public est éteint entre minuit et 4h tous les jours sauf les week-ends et jours fériés où l’éclairage public fonctionne toute la nuit dans la zone pilote.

L’objectif de cette opération est d’éviter un gaspillage d’énergie et on peut estimer que 2320 kW sont ainsi économisés chaque mois(30.160 kW/an), ce qui revient à une économie financière d’environ 278€ par mois(3.337 €/an).

En juin 2012, une enquête a été lancée auprès des 435 habitations concernées par la mesure d’extinction de l’éclairage public afin d’en faire une évaluation.

Le service environnement a réceptionné 60 questionnaires remplis qui ont été encodés, traités et analysés.  Parallèlement, les données relatives aux accidents de la route ont également été demandées.

Quelques résultats importants  de l’enquête 

2/3 des répondants en faveur du maintien de la mesure : 49% de « tout à fait favorable » et 18% de « plutôt favorable ».
Parmi les 29 personnes qui se sont prononcées de manière tout à fait favorable au maintien de la mesure telle qu’elle fonctionne actuellement, quasiment toutes invoquent les économies d’énergie et les économies financières que la mesure permet d’obtenir.

1/3 des répondants se sont prononcés en défaveur du maintien de la mesure : 28% de « tout à fait défavorable » et 5% de « plutôt défavorable ».
Parmi les 17 personnes qui se sont prononcées de manière tout à fait défavorable au maintien de la mesure telle qu’elle fonctionne actuellement, près de la moitié d’entre elles invoque une crainte d’une augmentation des cambriolages et des vols et un sentiment d’insécurité à la maison à cause de l’obscurité.

D’autres ont l’impression que l’absence d’éclairage public a fait augmenter le nombre d’accidents de la route, ce qui ne correspond pas aux données objectives en la matière. Mais, c’est plus l’état des voiries qui est mis en cause : les personnes qui considèrent que cette mesure est dangereuse précisent que, vu l’état déplorable des voiries, elles craignent d’abîmer leur voiture.

57% des répondants pensent que la mesure devrait être étendue à d’autres zones de la commune.

Pour télécharger le rapport détaillé d’analyse des résultats de l’enquête de juin 2012, cliquez ici.

Au vu de ces résultats et des économies engendrées, le Collège Communal et la Commission Climat ont estimé qu’il fallait maintenir la mesure.

Participation à la campagne d’information « Gaz – Electricité : osez comparer » du SPF Economie


Dans la vie de tous les jours, vous ne cessez de faire des choix. Et pour cela, vous comparez les options qui s’offrent à vous. Pour l’énergie, en particulier le gaz naturel et l’électricité, ce n’est pas toujours simple de choisir entre un fournisseur et un autre, ou entre deux formules différentes chez un même fournisseur.

C’est la raison pour laquelle notre commune a décidé de participer à la campagne nationale d’information « Gaz - Electricité : osez comparer ! » organisée par le SPF Economie.

Une campagne ? Pourquoi ?

  • Vous ne savez pas comment faire pour comparer ?
  • Vous ne savez pas comment faire pour changer de fournisseur ou de formule tarifaire ?
  • Vous avez peur de changer ou vous craignez des difficultés ?
  • Vous souhaitez obtenir des informations sur les outils de comparaison à disposition des citoyens ?
  • Vous n’avez pas d’accès aux outils de comparaison (via internet par exemple) ?

Pour toutes ces raisons et peut-être d’autres, cette campagne est faite pour vous ! Elle s’adresse à tous !

Une campagne ? Comment ?

Notre commune organisera une permanence le 20 septembre 2012 de 13h30 à 19h30 à la Maison Communale pour vous aider à utiliser les outils existants sur internet afin de vous permettre de comparer les offres des différents fournisseurs de gaz naturel et d’électricité. Vous pourrez ainsi effectuer, vous-même, votre choix en toute connaissance de cause (prix, contrat fixe ou variable, compteur bi-horaire, énergie verte …)

Une campagne ? Que faire ?

Pour obtenir les renseignements souhaités, c’est très simple :

  • Munissez-vous de la dernière facture annuelle (décompte global, facture de régularisation) que vous avez reçue de votre fournisseur de gaz naturel ou d'électricité.
  • Rendez-vous sur le lieu de la permanence : Maison Communale, Grand Place 13.

Pour plus d’informations
 http://economie.fgov.be
Gaz-Electricité : osez comparer !